Accueil » Eco Travaux » Chauffage » Poele

Le poêle : tout savoir sur ce système de chauffage

Le poêle est un appareil de chauffage d'appoint, souvent situé dans la pièce principale de la maison qu'il chauffe essentiellement par rayonnement direct. Il connait un regain d'intérêt depuis l'apparition des poêles à granulés de bois et des modèles récents, plus efficaces et moins polluants. Ceux alimentés au bois sont encouragés à plusieurs titres, étant à la fois économiques car le bois est peu onéreux et écologique puisque le bilan carbone de ce combustible renouvelable est considéré comme quasi neutre.

 

Le poêle : un appareil de chauffage clos à chaleur directe

Le poêle est un mode de chauffage utilisé depuis très longtemps. Cet appareil de chauffage indépendant se compose d'une chambre de combustion fermée destinée à concentrer la chaleur du foyer. Lorsque son combustible est brûlé, la chaleur se diffuse dans l'enveloppe du poêle, composée de matériaux conducteurs. Elle est diffusée localement dans la pièce où se trouve l'appareil, le poêle n'étant pas un système de chauffage central. Une arrivée d'air permet d'optimiser la combustion, qui nécessite un apport d'oxygène constant. Les gaz et les fumées émis pendant la combustion sont évacués à l'extérieur grâce à un conduit de cheminée.

La chaleur du poêle se propage selon deux principes physiques :

  • Le rayonnement thermique : sur le même principe que nous ressentons la chaleur des rayons du soleil, le corps du poêle, une surface portée à haute température lors de la combustion, transmet sa chaleur aux corps qui l'entourent (meubles, murs, occupants de la maison). C'est pourquoi le poêle est un système de chauffage essentiellement local. La chaleur émise par rayonnement est particulièrement douce et agréable.
  • La convection : si le rayonnement agit sur les objets et les surfaces solides, la convection assure le chauffage de l'air ambiant. L'air froid étant plus lourd que l'air chaud, la chaleur a une tendance naturelle à monter en haut de la pièce. La chaleur du poêle est transmise à l'air ambiant par contact et l'atmosphère de la pièce se réchauffe progressivement. Ce phénomène naturel peut aussi être forcé.

 

Des combustibles variés, du bois aux énergies fossiles

Les poêles à bois et à charbon

 

Un poêle peut être alimenté par différents combustibles, le plus courant étant le bois, ainsi que ses dérivés :

 

  • Les bûches de bois
  • Les granulés de bois ou pellets, fabriqués à partir de sciure ou de copeaux fortement compressés sans adjuvants chimiques, disponibles en vrac, par sacs pour les poêles à chargement manuel ou en grande quantité, entreposés à l'intérieur d'un silo de stockage, pour les poêles à chargement automatique
  • Les plaquettes de bois, utilisées uniquement dans les poêles à bois à chargement automatique
  • Le charbon de bois, des morceaux de bois carbonisés par pyrolyse, une combustion sans oxygène. Les poêles à charbon sont plus polluants que les poêles à bois classiques.

 

Les combustibles liquides

Des combustibles liquides peuvent aussi alimenter certains poêles, la plupart étant issus de sources d'énergie fossiles, plus chères et moins écologiques :

  • Le fioul, dérivé du pétrole
  • Le gaz naturel ou le propane liquide
  • L'éthanol, souvent du bio-éthanol, réservé à de petits poêles d'appoint transportables non reliés à un conduit d'évacuation. Ce mode de chauffage est très peu rentable et il est recommandé de ne pas l'utiliser de manière prolongée.

 

Les technologies de poêles et leur fonctionnement

Au-delà du poêle à bûches classique, différentes technologies et conceptions coexistent. On peut notamment distinguer :

 

  • Le poêle de masse ou poêle à accumulation : son corps de chauffe est constitué d'un matériau réfractaire très épais, ce qui lui permet d'emmagasiner la chaleur d'une flambée intense et de la restituer sur une durée très longue. Très économique, il offre un excellent rendement et produit peu de fumées, car la période de combustion est très brève. L'appareil peut en revanche peser plusieurs tonnes.
  • Les poêles à double combustion ou post-combustion : ces poêles augmentent les chances d'obtenir une combustion complète, améliorant le rendement de l'appareil et réduisant son impact environnemental. Muni de 2 arrivées d'air, il permet de réinjecter les gaz issus de la première combustion dans le poêle, pour que l'oxygène encore présent soit réutilisé lors d'une deuxième combustion.
  • Les poêles turbo : eux aussi conçus pour obtenir une combustion la plus complète possible, ils comportent un deuxième tube de tirage, chargé de souffler au cœur du foyer pour augmenter le rendement de l'appareil. Un mode "ralenti" permet de n'utiliser qu'une des deux arrivées d'air une fois le poêle bien chaud.
  • Les poêles à granulés de bois peuvent atteindre une autonomie allant jusqu'à 24 heures. Ils sont reliés à une réserve de granulés grâce à une vis sans fin, qui évite de devoir alimenter l'appareil comme avec un appareil à chargement manuel. Doté de technologies récentes, il peut être programmé et offre toujours le dosage de granulés idéal pour atteindre la température souhaitée. Un système de conduit menant à plusieurs pièces de la maison peut y être ajouté et il est également possible de le coupler à un système de chauffage central. Ces modèles perfectionnés comptent parmi les plus efficaces du marché et sont très utilisés dans les maisons BBC.
  • Les poêles bouilleurs ou poêles hydrauliques sont eux aussi reliés à un circuit d'eau chaude alimentant des radiateurs et/ou à un ballon-tampon. Ils assurent également la production d'eau chaude sanitaire de la maison.
  • Les poêles dits étanches prennent l'air nécessaire à la combustion des granulés directement à l'extérieur grâce à un conduit séparé, pour une efficacité accrue de la combustion. Par dérogation, ils ne sont pas obligatoirement reliés à un conduit de cheminée réglementé en hauteur, ce qui peut être un avantage lorsque seul un conduit en façade est possible.

 

Le rendement des poêles selon leur type

Ces différents modèles présentent des rendements allant de 40 % à plus de 95 %.

Rendement des principaux types de poêles

Poêle à bûches classique

Poêle à granulés de bois

Poêle à charbon de bois

Poêle bouilleur

Poêle à accumulation

Poêle étanche

Poêle turbo

Poêle à double combustion

de 40 à 80 %

de 80 à 95 %

jusqu'à 80 % pour un modèle récent

environ 80 %

de 70 à 85 %

de 80 à 95 %

de 60 à 80 %

de 60 à 80 %

Actuellement, seuls les poêles à bois d'un rendement de plus de 70 % peuvent être éligibles à des aides, à condition de respecter les critères d'émissions de composés volatils ou polluants définis par la classe 5 de la norme PN EN 303-5 de 2012 et d'être installés par une entreprise certifiée RGE. La mention Qualibois distingue les artisans spécialisés dans l'installation d'appareils de chauffage au bois. Les appareils labellisés Flamme Verte 7 étoiles correspondent aux critères de performances attendus actuellement dans les constructions neuves.

 

Installer et entretenir un poêle

Les poêles sont la plupart du temps installés dans la pièce principale de la maison, pour diffuser leur chaleur sur une surface importante. Un conduit de cheminée doit être créé. Lorsque le logement est déjà équipé d'une cheminée, le simple tubage de ce conduit peut suffire. Bien dimensionner l'appareil est important pour permettre une combustion efficace et prolonger la durée de vie du poêle.

Comme tous les appareils à bois, les poêles demandent une visite d'entretien annuelle, ainsi que deux ramonages par an dont l'un réalisé pendant la période de chauffe.

 

Les avantages et les inconvénients de ce mode de chauffage

Le poêle tend à remplacer progressivement les cheminées ouvertes en France, car il offre de bien meilleures performances. L'apparition des poêles à pellets et des systèmes à chargement automatique a largement contribué à son succès. Les modèles au fioul ou au gaz sont en revanche de moins en moins intéressants, en raison du prix élevé de leur combustible et de leur impact négatif sur l'environnement. Le bois est une source d'énergie renouvelable très bon marché produite localement. L'émission de dioxyde de carbone pendant sa combustion est compensée presqu'intégralement par la photosynthèse, les arbres absorbant quasiment autant de dioxyde de carbone pendant leur vie qu'ils n'en émettent lorsque leur bois est brûlé.

Ce mode de chauffage est en revanche moins polyvalent qu'une chaudière, permettant rarement de pourvoir aux besoins de l'habitation entière, bien que les poêles à granulés récents soient parfois suffisants dans les maisons BBC ou passives.

Avec la nouvelle prime Coup de pouce Chauffage, remplacer un poêle à charbon par un poêle à bois ou à granulés Flamme Verte 7 étoiles d'un rendement de plus de 75 % ouvre droit à une aide financière de 500 à 800 € suivant les ressources du foyer.