Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
  1. Accueil
  2. »
  3. Eco travaux
  4. »
  5. L isolation thermique
  6. »
  7. Prix isolation sol

Prix de l'isolation thermique du sol

Publié le 24 Janvier 2019 à 15h01

Vous envisagez d’entreprendre des travaux d’isolation dans votre logement ? N’oubliez pas le sol, responsable des déperditions de chaleur et des infiltrations d’eau ! En effet, son isolation thermique permet de faire durablement baisser les dépenses énergétiques et apporte un meilleur confort de vie. Finis les courants d’air provoqués par les ponts thermiques ! Mais pour espérer vivre dans un habitat plus sain et réaliser de précieuses économies de chauffage, il faut avoir conscience qu’il s’agit d’un investissement important, mais qui peut être rapidement rentabilisé. Notre dossier vous aide à y voir plus clair sur le budget à consacrer pour l’isolation de votre sol.

 

 

L’isolation du sol pour réduire la facture énergétique et améliorer le confort

Saviez-vous qu’un sol bien isolé conservera mieux la chaleur en hiver et la fraîcheur en été ? Au fil des mois, puis des années, les économies d’énergie sont réelles, allégeant la facture d’électricité de 167 euros, en moyenne, par an selon l’ADEME ! En construction neuve comme en rénovation, il existe différentes manières d’isoler le sol qui varient selon sa nature et l’architecture de votre habitation, autrement dit de la complexité du chantier. Quoi qu’il en soit, pour une isolation thermique de qualité, le sol doit nécessairement se composer de plusieurs couches :

  • une dalle en béton d’au moins 10 centimètres d’épaisseur, qui évite le développement de la moisissure, renforce la stabilité du sol et empêche la présence d’animaux nuisibles ;
  • un film de protection, qui empêche la formation de la condensation ;
  • le matériau isolant ;
  • des conduites de chauffage ;
  • une chape de 8 centimètres d’épaisseur minimum ;
  • un plancher de finition.

Critères définissant le prix de l’isolation du sol

Le prix d’une isolation du sol varie selon les matériaux utilisés et de leur épaisseur, autrement dit de leur performance. Afin de bien comparer les prix, veillez à sélectionner des produits ayant les mêmes caractéristiques en sachant que la résistance thermique demeure le critère fondamental. Plus son coefficient est élevé, plus l’isolant absorbera les changements de température. À terme, c’est l’assurance d’amortir l’investissement ! Notez cependant que la certification n’est pas un gage de meilleure performance. Cela signifie uniquement que leur qualité a été testée et approuvée par un organisme indépendant. Ainsi, les marquages NF et CE garantissent la sécurité du produit et son adéquation aux besoins des consommateurs. Toutefois, la certification CSTBat, délivrée par le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment, atteste de la conformité de la qualité des matériaux par rapport aux exigences du fabricant. Autrement dit, cela permet de s’assurer du niveau de performance optimal des isolants.

Coût d'achat du matériel

Isoler le sol représente un investissement, tant dans le matériau que dans la main d’œuvre. Voici une liste des principaux isolants utilisés sur 10 cm d’épaisseur, accompagnés de leur prix moyen au mètre carré :

  • La laine de roche, 10 euros ;
  • La laine de verre, 6 à 15 euros ;
  • La ouate de cellulose en vrac, 10 à 15 euros et 38 à 42 euros en panneau ;
  • Le polystyrène expansé, 10 à 20 euros ;
  • La laine de coton, 12 à 15 euros ;
  • La chape, 15 à 25 euros ;
  • Le panneau de fibre de bois, 20 à 25 euros ;
  • La mousse en polyuréthane, 20 à 35 euros ;
  • Le panneau de laine de chanvre, 20 à 40 euros et 25 à 36 en rouleau ;
  • Le panneau souple en fibre de bois, 34 à 38 euros et 36 à 75 euros en panneau dense ;
  • Le liège en vrac, 28 à 42 euros et 45 à 71 euros en panneau.

Coût d'installation et frais induits

Pour isoler le sol, il faut prendre en compte le prix de pose, variable selon la technique mise en œuvre et les matériaux choisis. En général, la main d’œuvre est facturée entre 10 et 25 euros par mètre carré. Au total, l’isolation du sol représente une somme comprise entre 20 et 50 euros par m2. Les professionnels fixant indépendamment leurs tarifs, nous avons relevé les prix moyens sur le marché pour une maison de 100 m2, afin de vous aider à faire la meilleure estimation du budget à prévoir :

  • Isolation sur local chauffé, 2 000 à 4 000 euros ;
  • Plancher bas sur terre-plein, 3 000 à 5 000 euros ;
  • Vide sanitaire non accessible, 3 000 à 5 000 euros ;
  • Plancher en étage, 2 000 à 5 000 euros.

N’hésitez pas à demander un devis auprès de plusieurs professionnels ! Ce n’est que de cette manière que vous connaîtrez le prix exact de l’isolation de votre sol. En faisant appel à un artisan agréé RGE (Reconnu Garant de l’Environnement), non seulement vous avez la garantie d’une pose parfaite mais en plus, vous bénéficiez d’une TVA réduit de 5,5 %, d’un Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique finançant jusqu’à 30 % des travaux et d’un prêt à taux zéro.

Quelques conseils pour choisir l’isolant


Les laines minérales offrent un rapport qualité-prix intéressant. Elles résistent bien au feu et représentent d’excellents isolants phoniques. C’est sans aucun doute la meilleure solution pour isoler un plancher en bois à l’étage ! Performants et compatibles avec un plancher chauffant, le polyuréthane et le polystyrène expansé sont faciles à installer et prennent peu de place. Ils résistent par ailleurs très bien à la compression, limitant ainsi le risque de fissures. La mousse en polyuréthane a même la particularité d’étancher le moindre interstice, ce qui en fait l’isolant idéal pour supprimer les ponts thermiques. S’agissant de la chape, constituée de billes de polystyrène mélangées à du ciment, notez qu’elle ne convient pas pour un sol humide et qu’elle doit toujours être associée à un autre type d’isolant pour un résultat optimal. En revanche, les isolants écologiques sont denses et donc parfaits pour isoler les combles. C’est la garantie d’un intérieur agréable en été et de laisser naturellement la vapeur d’eau s’évacuer.

Par ailleurs, il est fondamental de porter la plus grande attention à la résistance thermique du matériau. Son coefficient R doit être au minimum de 3.0 m2 K/W. La résistance à la compression ne doit pas non plus être négligée, car elle empêche que l’isolant se tasse et ne soit plus efficace. De ce fait, vérifiez le poids supporté en kilopascals (kPa). L’épaisseur du produit représente sa capacité à transmettre la chaleur. Choisissez-la selon la destination de la pièce à isoler et votre zone géographique, en regardant le chiffre indiqué en m2 par rapport aux degrés Celsius par Watt.

Besoin d'info ?
Contactez-nous :

0 800 000 838

Du lundi au samedi de 8h à 19h
(Notre numéro vert > appel gratuit)

Pacte Energie Solidarité