Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
Accueil » Eco Travaux » La Chaudiere » Biomasse

La chaudière biomasse, un équipement qui fait rimer économie et écologie

Moyen de chauffage efficace et écologique, la chaudière biomasse utilise des biocarburants tels que les pellets, le bois de chauffage, les plaquettes forestières, les copeaux ou tout autre résidu organique comme les coquilles d’amande et les noyaux d’olive. Contrairement aux poêles à bois ou à pellets, elle chauffe une maison d’une manière uniforme et confortable. Les poêles sont en effet des systèmes de chauffage d’appoint qui libèrent leurs calories dans un espace restreint. Cette chaudière est également pratique pour produire de l'eau chaude domestique en hiver. En raison de sa très faible empreinte écologique, l’installation de cette chaudière permet d’accéder à différentes aides écologiques établies par l’État.

 

 

Le fonctionnement du système biomasse

La chaudière biomasse fonctionne comme les autres types de chaudière. Sa particularité réside seulement dans le type de combustible qu'elle utilise. Elle peut être alimentée par un silo où l’on stocke les biocarburants. Il faut néanmoins la charger manuellement lorsque ce réservoir est absent ou si les combustibles utilisés sont volumineux comme les bûches par exemple.
Cette chaudière dispose d’un compartiment de combustion. Un échangeur de chaleur puise les calories qu’elle génère pendant les flambées et les transfère à un circuit d'eau qui court à travers les radiateurs ou dans le plancher chauffant. Cet équipement peut également chauffer l’eau d’un réservoir d’eau chaude et même d’une piscine couverte. Enfin, sa partie inférieure comporte un cendrier qui reçoit les résidus de combustibles après leur combustion. Cette partie doit être vidée et nettoyée régulièrement pour éviter l’encrassement du système. La fumée, elle, est évacuée par une cheminée.

Les points à considérer pendant son installation

La chaudière biomasse est un système de chauffage central qui nécessite l’intervention d’un expert. Son choix sera défini en fonction de la surface à chauffer, de ses fonctions (chauffage classique ou avec production d’eau chaude), du combustible utilisé et de l’espace disponible pour sa mise en place. Les experts recommandent de se tourner vers des modèles labellisés « Flamme verte » ou conçus conformément à la norme NF EN 303.5-Classe 5.
Sa puissance sera comprise entre 15 et 45 kW pour qu’elle puisse chauffer un logement correctement. Un kit de chaudière standard comprend le compartiment de combustion, un réservoir d'accumulation, un vase d'expansion, un réservoir de stockage de combustible et un système d’évacuation des fumées. L’ensemble de ces éléments aura besoin d’un espace ayant une superficie de 6 à 8 m² au moins. Il existe aussi des systèmes conçus pour les copropriétés.
La capacité minimale des silos préfabriqués est de 1,8 m3 environ, leur permettant de contenir 2,5 tonnes de biomasses en moyenne. Ce volume peut aller jusqu'à 3 m3 pour accueillir jusqu’à 7 tonnes de biocarburant. Dans tous les cas, il faut que le combustible stocké dans ces réservoirs assure une autonomie de 3 jours minimum au dispositif. Ils sont équipés d’une vis sans fin qui alimente la chaudière.

L’entretien, très important pour un appareil performant et qui a une longue durée de vie

Les entretiens réguliers sont nécessaires pour que la chaudière produise de la chaleur efficacement et pour éviter les pannes récurrentes. Voici les composants dont il faut s’occuper périodiquement :

  • L’échangeur : il suffit d'activer le levier de nettoyage afin que les particules se trouvant à sa surface tombent dans le cendrier. Cette action doit être réalisée au moins une fois par semaine pour que l’appareil fournisse une chaleur uniforme et constante.
  • Le cendrier : celui-ci reçoit les cendres issues de la combustion du bois ou des autres matières qui y sont brûlées. Les cendres s’accumuleront et finiront par déborder à l’extérieur s’il n’est pas vidé et nettoyé à temps. Elles encrasseront également le compartiment et entraveront les prochaines combustions.
  • Le brûleur : il est indispensable de détacher les croûtes de combustibles qui le tapissent avec une spatule.

Ces opérations de nettoyage prennent 5 minutes environ par mois et pourtant elles assurent un fonctionnement parfait de la chaudière pendant plusieurs années. La plupart des installateurs proposent également un contrat de maintenance annuel. Ils vérifieront alors que l’appareil est en bon état avant sa mise en marche en automne.

Les avantages et inconvénients de la chaudière biomasse

Les avantages de la biomasse sont nombreux :

  • Les biocarburants fournissent une énergie durable et renouvelable. Adopter cet équipement permet donc de ne plus supporter les hausses répétitives du prix du fuel, de l’électricité et du gaz.
  • La biomasse est respectueuse de l'environnement. C’est aussi un moyen pour valoriser certains déchets organiques.
  • Les combustibles peuvent être achetés auprès des fournisseurs locaux.

A côté de ses avantages, la chaudière biomasse a aussi plusieurs inconvénients :

  • L’espace requis pour l’installation : les dimensions des chaudières biomasse sont supérieures à celles des autres types d’appareils conventionnels. Un espace plus important est nécessaire pour leur installation et pour l’entreposage des combustibles.
  • Le prix d’une chaudière biomasse est très élevé. Pour une nouvelle installation, on devra compter entre 3 000 € à 25 000 €, sans oublier le prix du silo qui coûte environ 2 000 €.