Accueil » Nos Articles » Les Solutions Face La Precarite Energetique

Les solutions face à la précarité énergétique

Aujourd’hui encore, des millions de Français souffrent de la précarité énergétique. Qui sont ces personnes précaires ? Quelles solutions y a-t-il face à cette situation à laquelle de nombreux particuliers sont confrontés ?

Qu’est-ce que la précarité énergétique ?

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, une grande partie des ménages français souffre de précarité énergétique car elle touche les personnes à faibles revenus, mais également des personnes aux ressources modérées, voire de classe moyenne. L’État nous donne sa définition : une personne en situation de précarité énergétique « éprouve des difficultés particulières à disposer de la fourniture d’énergie nécessaire à la satisfaction de ses besoins élémentaires en raison de l’inadaptation de ses ressources ou de ses conditions d’habitat ». L’Observatoire National de la Précarité Energétique (ONPE) dénombre ainsi 6 millions de ménages précaires en France, soit environ 20 % de la population. En outre, 5,5 millions de Français dépensent plus de 10 % de leurs revenus pour régler leur facture de chauffage. Un chiffre alarmant pour un pays développé comme le nôtre.

Les causes de la précarité énergétique

Comme l’indique la définition officielle, la précarité énergétique est bien entendue causée par le manque de moyens financiers de certains foyers français, mais pas que. En effet, les habitants de logements de performance énergétique médiocre et la hausse constante du prix des énergies comptent parmi les raisons de ce phénomène. Ainsi, 4 millions de citoyens disent avoir froid chez eux à cause de la mauvaise isolation et des installations de chauffage obsolètes. La plupart d’entre eux habitent des immeubles où le chauffage est collectif.

Se faire aider pour payer l’énergie

L’État multiplie les efforts pour aider les particuliers en difficulté. Il existe des solutions pour que les foyers concernés souffrent moins des coûts énergétiques et qu’ils puissent décemment se chauffer. On peut par exemple nommer les organismes d’aide comme le CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) et le FSL (Fonds de Solidarité pour le Logement) qui appartiennent au département. Les biens connus Secours Catholique et La Croix Rouge mettent également leurs efforts à contributions. Au niveau gouvernemental, un tarif préférentiel de l’énergie est accordé aux ménages modestes. Mis en place par l’État et proposé par les fournisseurs d’énergie, le montant du tarif préférentiel dépend des revenus et de la composition fiscale du foyer. Ces tarifs sociaux sont voués à disparaître avec le Chèque Energie qui débarquera en France en 2018. Il est actuellement testé dans plusieurs départements de l’Hexagone et pour être utilisé par les bénéficiaires de la manière qu’ils souhaitent : pour payer les factures d’énergie, pour faire réaliser des travaux d’économies d’énergie, etc.

Moins chauffer et moins payer en rénovant

Faire des économies sur l’énergie en améliorant la performance énergétique du logement reste la meilleure solution pour combattre la précarité énergétique. Cependant, ces travaux ont un coût que beaucoup de foyers modestes ne peuvent soutenir. Alors, l’État encourage d’année en année la rénovation énergétique par le biais d’aides et de subventions ouvertes à tous (le crédit d’impôt à 30 %, la Prime Energie, l’éco-prêt à taux zéro). Certaines aides sont en revanche accordées aux seuls particuliers à faibles revenus. Les aides de l’Anah et son programme Habiter Mieux y sont dédiés. La Prime Energie Plus est une prime énergie améliorée à l’attention de ces foyers modestes. Enfin, le Pacte Energie Solidarité et son programme d’isolation des combles perdus à 1 euro seulement est spécialement destiné à ces personnes en situation de précarité énergétique. Ces aides spéciales sont accordées en fonction des revenus et de la composition du ménage. Testez votre éligibilité !