L'isolation d'une toiture-terrasse

Par L’équipe de rédaction

La toiture-terrasse, surface plate et sur un seul plan, peut être accessible ou non selon son usage : toiture végétale, jardin, espace technique, parking... En raison de sa configuration spécifique, l'isolation d'une toiture-terrasse est réalisée par l'extérieur, suivant les techniques de la toiture froide, de la toiture chaude ou de la toiture inversée. Ses matériaux isolants sont des matières synthétiques ou naturelles, résistantes aux intempéries. Les travaux représentent un coût important, qui peut être allégé par des primes et subventions sous certaines conditions.

J'isole ma maison

Simulation gratuite et immédiate

Les caractéristiques de la toiture-terrasse

Les toits plats, aussi appelés toitures-terrasses, présentent une pente inférieure à 5 %. Très prisés en milieu urbain, ils permettent de créer une surface d'agrément en extérieur. De plus en plus de pavillons individuels sont dotés d’une toiture plate.

 

Certaines terrasses ne sont pas accessibles, ou comportent uniquement des installations techniques, surtout sur les grands immeubles. D'autres sont végétalisées, la toiture végétale étant un concept écologique et esthétique qui séduit de plus en plus, malgré son coût élevé.

 

Ce type d'architecture convient particulièrement aux régions à faible pluviométrie, même si les évolutions technologiques permettent de les implanter dans différents climats.

Les éléments constitutifs d'un toit plat

La construction des toitures-terrasses est soumise à des caractéristiques techniques spécifiques, régies par les normes DTU 20.12 :

 

  • Contrairement à une toiture traditionnelle, la toiture-terrasse n'est pas posée sur une charpente, mais sur une structure porteuse, qui peut être en tôle d'acier, en bois ou encore maçonnée.
  • Elle doit prévoir un système d'évacuation des eaux pluviales : légère inclination du plan, chéneaux, trop-pleins, caniveaux...
  • La toiture-terrasse comporte une membrane d'étanchéité, réalisée en bitume ou à l'aide d'un matériau synthétique.
  • Un revêtement de finition, composé d'une couche de gravillons ou d'une structure en dur, protège la terrasse.
  • Le toit plat est surmonté d'un acrotère, un muret vertical de faible hauteur qui permet de relever le revêtement d'étanchéité et d'éviter les infiltrations et les ponts thermiques à l'angle du bâtiment.

Isoler une toiture-terrasse : les avantages à prendre en compte

Du fait de leur composition sur un seul plan, les toits plats présentent une surface de contact moins importante avec l'extérieur qu'une toiture traditionnelle. Cependant, comme toutes les couvertures, elles doivent être dotées d'une isolation performante, afin de préserver le confort thermique du bâtiment et d'éviter le gaspillage énergétique. Isoler une toiture-terrasse selon la réglementation thermique actuelle sur un bâtiment ancien peut engendrer des économies d'énergie de l'ordre de 20 à 25 % et contribue à valoriser votre patrimoine immobilier en lui assurant une plus grande longévité.

 

Les techniques d'isolation adaptées à un toit plat

Le DTU 43 est le document technique de référence concernant l'étanchéité des toitures. Plusieurs techniques d'isolation thermique sont utilisées pour isoler une toiture-terrasse, à choisir selon la conception du bâtiment, la destination du toit, votre budget et vos préférences esthétiques. Elles varient principalement en fonction de la disposition des matériaux isolants :

 

  • La toiture est dite "froide" lorsque l'isolation est posée depuis l'intérieur. Cette méthode prévoit une lame d'air entre le matériau isolant et le revêtement d'étanchéité, qui convient aux toitures inclinées, mais n'est pas recommandée pour les toitures-terrasses. La jonction entre la structure porteuse et le plancher crée une zone froide, générant beaucoup d'humidité en raison de la condensation de la vapeur d'eau provenant de l'intérieur. Ceci peut être à l'origine de moisissures sur les plafonds.
  • L'isolation de la toiture chaude est réalisée par l'extérieur. Cette méthode conventionnelle consiste à poser la couche isolante au-dessus du toit, préalablement protégé par un pare-vapeur, chargé d'évacuer l'humidité de la partie chaude de l'isolant. La membrane d'étanchéité est placée par-dessus l'isolant. Le point de rosée est alors situé au-dessus du revêtement d'étanchéité, limitant les soucis de condensation.
  • Avec la méthode de la toiture inversée, la couche isolante est placée par-dessus le revêtement d'étanchéité. L'inconvénient de cette technique est qu'il faut lester la couche d'isolation, plus exposée aux intempéries, ce qui rend la charge plus importante sur la structure porteuse. En revanche, la toiture inversée est intéressante pour créer un toit végétal.
  • Les deux techniques peuvent être combinées, en utilisant deux couches d'isolant, encadrant le revêtement d'étanchéité. Cette méthode est particulièrement employée en rénovation.
  • La végétalisation d'un toit-terrasse lui apporte une double protection, grâce à l'ajout d'un substrat et aux propriétés isolantes de la végétation elle-même.

 

Les matériaux isolants les plus utilisés pour les toitures-terrasses

 

Sur une toiture non accessible, les isolants utilisés peuvent être les mêmes que pour une toiture traditionnelle : laine minérale, polystyrène, panneaux de polyuréthane, PIR, PSX, liège...

 

Des matières isolantes spécifiques sont conçues pour les toitures-terrasses, alliant résistance à la compression (coefficient de compressibilité A, B, C ou D) et aux intempéries :

 

  • Le verre cellulaire, conçu à partir de calcin, du verre recyclé compacté en panneaux rigides ou présenté en vrac. Il offre une conductivité thermique de 0,038 à 0,055 W/m.K et s'adapte très bien sur les toitures végétales.
  • L'argile expansée, sous forme de billes d'argile assez lourdes, d'une conductivité thermique de 0,10 à 0,16 W/m.K.
  • La perlite expansée, un isolant naturel fait de petits morceaux de roche volcanique, offrant une conductivité thermique située entre 0,05 et 0,06 W/m.K.

 

Pour les toits-terrasses, la résistance thermique minimale des matériaux isolants préconisée par la RT 2012 est de 2,5 m2.K/W. Mais un seuil de résistance thermique de 4,5 m2.K/W est requis pour accéder à des aides financières.

Coût de l'isolation thermique d'un toit plat et subventions

Le coût moyen de l'isolation d'une toiture-terrasse se situe entre 60 et 100 €/m2, en tenant compte de l'achat des matériaux et de la pose. Réalisée dans le cadre de travaux de rénovation énergétique, l'opération peut être soutenue par des aides, dont les critères d'attributions varient : zone climatique du bâtiment, les performances énergétiques des matériaux ressources du foyer... :

 

  • La prime énergie
  • Le CITE, sous forme de crédit d'impôt
  • L'Éco-PTZ
  • Les aides de l'Anah
  • ...
J'isole ma maison

Simulation gratuite et immédiate

L’équipe de rédaction